L’Hinterland de la culture grecque dans l’Italie méridionale médiévale : les conditions socio-politiques d’un hellénisme médiéval

Cite this article as: peterscustot, "L’Hinterland de la culture grecque dans l’Italie méridionale médiévale : les conditions socio-politiques d’un hellénisme médiéval," in International Itinerant Paleographic School - IIPS, juin 9, 2017, https://iips.hypotheses.org/603.

ANNICK PETERS-CUSTOT

Introduction

Cette conférence vise à vous présenter très brièvement, et donc forcément de manière simplifiée, sinon simpliste, les cadres qui ont permis l’émergence, l’épanouissement et le maintien de la culture grecque médiévale, dont vous étudiez les manifestations intellectuelles et matérielles les plus évidentes lors de cette école itinérante de paléographie. Par « hinterland » de la culture grecque, j’entends donc les conditions sociales et politiques de l’hellénisme médiéval dans le « Mezzogiorno ».

L’approche avec laquelle on traitera cette question des conditions de la présence culturelle « grecque » (ou plutôt en langue grecque) dans l’Italie méridionale médiévale est double :

  • On tentera de dégager les modalités démographiques, politiques, sociales et économiques de la présence et de l’épanouissement de cette culture de langue grecque dans le « Mezzogiorno ».
  • On cherchera aussi à interroger cette notion de « terre de contacts » si souvent associée à l’Italie méridionale et à la Sicile médiévale.

Précisons d’abord : parlerons-nous de culture grecque médiévale, ou de culture byzantine ? L’usage même du terme de « byzantin » représente une difficulté : il est d’usage postérieur à notre période, et largement dépréciatif, négatif. Il a servi, lors de sa propagation sous la plume des humanistes italiens, à empêcher qu’on associe le monde byzantin avec sa matrice politique, l’Empire romain antique, et avec sa matrice culturelle, la littérature et la philosophie de langue grecque. C’était pourtant nier au monde byzantin ce qui représentait pour lui-même, en plus de la foi chrétienne, le socle de son identité proclamée à la face du monde : être un Empire romain de langue grecque. L’idéologie « byzantine » assumait une triple identité en effet : la culture chrétienne dans sa pratique orientale, la culture théologique et patristique, plus rarement littéraire, philosophique héritée de la Grèce antique, la culture politique romaine[1]. Pour des raisons de convention et de facilité, on maintiendra l’usage du qualificatif « byzantin », mais en ayant en tête ces trois dimensions. Or, disons-le d’emblée, l’épanouissement de la culture byzantine dans l’Italie méridionale n’est pas dépendante des enjeux politiques, dans la mesure où elle survit à la fin de la domination byzantine sur l’Italie, et se prolonge même avec un second souffle alors que l’Italie méridionale est aux mains des « Normands ».

C’est pourquoi notre hinterland sera moins celui de l’empire byzantin que celui du monde byzantin. Ou plutôt : l’Empire byzantin, comme tout empire médiéval, ne se pense pas comme une structure politique fermée. Un Empire, ce n’est pas un territoire défini avec des frontières précises et fermées : c’est un amas de territoires (de « patries ») dont l’unité est le souverain, l’empereur, et qui ne définit pas un dedans et un dehors[2]. L’Empire ne se pense pas de manière binaire = in ou out. Il se représente selon des gradients d’appartenance, une échelle de proximité avec le cœur qui n’est pas géographique mais théologico-politique[3]. On raisonne donc par cercles d’appartenance, le premier cercle, le cercle médian, les frontières floues et les zones tampons, enfin l’en-dehors (à conquérir). De ce point de vue, l’Italie méridionale, même lorsqu’elle quitta l’Empire byzantin, resta largement, pour certaines de ses régions, dans le monde byzantin et, selon la définition de l’Empire, dans l’Empire byzantin.

Une fois ces points méthodologiques admis, la contribution qui va suivre est structurée selon une progression chronologique simple et pédagogique, en s’appuyant sur plusieurs moments : l’hellénisation de l’Italie méridionale ; ce qu’est l’Italie byzantine ; le moment « normand » ; enfin, en guise de conclusion, les conditions du déclin relatif de la culture grecque médiévale dans le « Mezzogiorno » au XIIIe siècle.

 

  1. L’hellénisation de l’Italie méridionale et de la Sicile : le résultat de phénomènes migratoires

J’irai brièvement sur les grands débats linguistiques qui se sont agités autour de la nature du dialecte grec de l’Italie méridionale médiévale et de ses origines. Pour aller vite, les études linguistiques qui se sont développées à partir des années 30 du XXe siècle s’inscrivaient dans un débat plus large sur la question de l’origine des Grecs de l’Italie du sud médiévale, entre partisans d’une continuité de peuplement depuis la colonisation archaïque, et ceux d’une ré-hellénisation à partir de la reconquête de Justinien au VIe siècle et, plus encore, des courants migratoires issus de l’Orient médiéterranéen depuis le VIIe siècle[4].

Un renouveau relativement récent de ces questions est dû aux apports de la codicologie byzantine et de l’étude de la circulation des manuscrits dans l’espace méditerranéen entre Antiquité tardive et Moyen Âge. Filippo Ronconi est bien plus habilité que moi pour en parler[5], aussi résumerai-je grossièrement les faits admis : l’examen précis des manuscrits liturgiques italo-grecs du haut Moyen Âge a montré des filiations certaines avec les liturgies syro-palestinienne et égyptienne. Ces liens mettent en valeur des relations avec ces provinces, et des apports démographiques au haut Moyen Âge, aisément justifiables par les invasions arabes aux VIIe et VIIIe siècles. Les origines syro-palestiniennes de la culture religieuse italo-grecque sont confirmées par certains modèles codicologiques ou iconographiques, par la nature des corpus patristiques qui circulent en Italie méridionale et qui diffèrent de ceux de Constantinople, etc. On admet donc désormais l’interprétation d’une ré-hellénisation de la plupart des zones de la Sicile et de la Calabre méridionale par des arrivages de populations syro-palestiniennes au VIIe siècle en Sicile et sans doute Calabre méridionale. Ces premiers mouvements ont été rejoints par d’autres, selon des modalités diverses : transferts de population organisés, implantation d’Arméniens hellénophones ou d’Arabes et de musulmans convertis. L’ensemble atteste la diversité du peuplement hellénophone de l’Italie méridionale et son caractère progressif. Les autorités impériales en tiennent compte : le transfert juridictionnel des évêchés de Sicile et de Calabre vers Constantinople, sous Léon III l’Isaurien, au début du VIIIe siècle, montre que l’hellénisation des cadres ecclésiastiques était achevée, ce que confirme la régorganisation précoce des évêchés calabrais, et notamment celui de Santa Severina[6]. Une partie certainement non négligeable de la population hellénophone de l’Italie péninsulaire proviendrait de la Sicile, profondément hellénisée dès le VIIIe siècle, et qui fournit, à l’occasion de la longue conquête islamique, des communautés grecques à la Calabre. Ainsi, à la fin du VIIIe siècle, deux zones sont assez largement conquises à la langue et à la culture grecque : la Val Demone en Sicile, et la Calabre méridionale.

Dans le même temps, deux pôles un peu extérieurs montrent une présence hellénophone qui se raréfie au fil du temps, sans jamais disparaître entièrement : Naples et Rome. La présence monastique orientale dans la seconde est bien connue pour les VIe-IXe s. depuis les travaux de Jean-Marie Sansterre[7]. Dans ces deux villes, on n’a jamais de mal à trouver des clercs « grecs » pour traduire des hagiographies grecques en latin, durant tout le Moyen Âge. C’est le cas notamment dans l’environnement d’Anastase le Bibliothécaire à Rome, à la fin du IXe siècle, ou à Naples à la même époque, comme l’attestent les travaux de Thomas Granier et d’Augusta Acconcia Longo en particulier[8].

On constate dans un second temps un renouveau des mouvements migratoires à partir des années 970 jusqu’à l’an mil environ : une trentaine d’années pendant lesquelles des circulations de moines, de clercs et de laïcs conduisent à un redéploiement rapide des communautés italo-grecques qui s’installent dans des régions alors peu touchées par l’hellénisme, et selon une logique d’enclaves, de « poches » grecques à partir des années 970 : Tarente, Salerne, Naples, Rome, où la population hellénophone se renouvelle, et la Basilicate méridionale. Des fondations de monastères grecs, des circulations manuscrites nouvelles, accompagnent ces mouvements bien datés. La recrudescence constatée des razzias arabes sur le continent à partir de 976 explique partiellement, mais pas uniquement, ces mouvements migratoires : pour une élite monastique grecque, illustrée par Sabas de Collesano, Grégoire de Cassano, et le fameux Nil de Rossano, l’attraction de la rénovation impériale ottonienne fixée à Rome dès la régence de Théophanô peut aussi expliquer certaines trajectoires particulières[9]. Pour d’autres régions, comme la Basilicate méridionale et Tarente, le mouvement migratoire est antérieur à l’intensification des raids arabes, qui ne l’expliquent donc pas[10]. Toujours est-il que ces circulations ont des effets de longue durée :

  • d’une part, elles contribuent à la fondation de monastères grecs en milieu latin, parfois à l’instigation de fondateurs non grecs, tels que des aristocrates latins ou lombards : à Salerne (S. Nicola di Gallocanta), dans le Latium méridional (S. Pietro di Pontocorvo), sans parler des fondations prestigieuses de S. Maria di Grottaferrata, de S. Elia di Carbone en Basilicate, de S. Pietro Imperiale à Tarente… Ces fondations concentrent la conservation de manuscrits grecs.
  • d’autre part, le peuplement par « poches » conduit à la constitution de régions différenciées culturellement et linguistiquement. La répartition des populations correspond à des zones délimitées, définissant une mosaïque de peuplement.

Au début du Xe siècle, la carte de l’Italie hellénophone se présente ainsi : des zones de fort enracinement grec : Sicile du Nord-Est, Calabre méridionale, Salento ; des zones partagées : Basilicate méridionale, Tarente ; des pôles comprenant des communautés hellénophones non négligeables : Naples, Rome, Salerne. Cette géographie de l’hellénisme méridional ne bougera pas pendant des siècles. Emergent donc des foyers culturels importants générés naturellement par ces mouvements : la Sicile du nord-Est, la Calabre méridionale, le Salento, Rome, Naples. Parallèlement, des foyers secondaires se font des réceptables de culture grecque : la Basilicate méridionale, Tarente. Le monachisme italo-grec a une place déterminante dans la réception, la conservation et la promotion des manuscrits et des liens avec l’Orient hellénophone. Cependant, les monastères italo-grecs ne diffusent que modérément les expressions de la culture byzantine à l’extérieur. Prenons par exemple cette compilation très complexe de textes ascétiques appelée Asketikon de saint Basile, dont la version la plus ample, en grec (le Grand Asketikon), comprend plusieurs recensions diffusées de manière variable dans le monde byzantin. Jean Gribomont a isolé une version italo-grecque, qu’il a baptisée recension « Nil », dont les centres uniques de production et de conservation sont les monastères italo-grecs entre Xe et XIe siècle[11]. Ces manuscrits, pour certains conservés à quelques kilomètres de Rome (S. Maria di Grottaferrata), ne sortent pas de leur environnement monastique italo-grec avant les acquisitions de la bibliothèque Vaticane réalisées par Menniti au XVIIe siècle[12]. Pour le Moyen Âge, ces productions évoluent en cercle fermé, sans quitter le monde clos des monastères italo-grecs.

De ce fait, la question des « zones de contact » que constitueraient les régions italo-grecques avec le monde latin est à étudier avec précaution : la logique d’enclave et la faible diffusion des œuvres grecques en dehors des institutions byzantines limitent considérablement la réalité de ces contacts. Les traductions du grec au latin sont concentrées à Naples et Rome et limitées à des corpus hagiographiques réduits, ciblés, et sont lancées à l’initiative des milieux latins. Même la rencontre occasionnelle de moines grecs et latins participe de ce que Jean-Marie Sansterre appelle « la communion de deux âmes »[13] et ne stimule pas vraiment des échanges effectifs.

  1. L’Italie byzantine

La question abordée ici est celle du rôle des institutions politiques et administratives dans la présence culturelle grecque. Comme on l’a vu, cette présence est le fait de mouvements de population dont la plupart sont spontanés. Quel est le rôle de l’Empire byzantin dans ces phénomènes ?

L’administration et le pouvoir byzantins ne créent nullement les conditions des déplacements, et ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils organisent des circulations d’hommes[14]. Aucune politique évidente de byzantinisation ou d’hellénisation forcée n’est perceptible dans les sources. En revanche, l’administration impériale accompagne a posteriori les conséquences des migrations par des modifications institutionnelles. On l’a vu pour l’organisation des évêchés de Calabre et de Sicile transférés sous la juridiction de Constantinople au moment où l’hellénisation des évêques paraît achevée. On retrouve une action similaire lorsque Nicéphore Phokas, en 968, crée des évêchés grecs en Basilicate, pour organiser l’enclave grecque spontanée qui s’y est formée[15]. La transformation du thème de Longobardie en catépanat d’Italie, à la même date (968), prend en compte administrativement la mainmise byzantine sur cette zone largement latine[16]. La consolidation de Bari comme capitale provinciale crée d’ailleurs les conditions d’une polarisation byzantine dans cette ville latine, où s’implantent les manifestations habituelles du pouvoir provincial byzantin, notamment par le biais du praitôrion du catépan. Quelques églises et monastères byzantins sont fondés dans ce pôle administratif, où affluent des Byzantins[17].

Par ailleurs, l’Empire sait aussi créer les conditions d’un attachement des populations non-grecques de sa province, en l’espèce les populations lombardes, fortement majoritaires, du catépanat d’Italie. Une étude précise de la distribution des dignités et des fonctions administratives et militaires aux élites locales a pu montrer les rouages d’une habile politique visant à fidéliser ces notables de manière progressive, en trois phases[18] : jusque dans les années 970, en distribuant des dignités (assorties de la rente attachée, ou roga) mais sans attribuer de charge ; après la fondation du catépanat en revanche, les notables sont chargés de fonctions byzantines réelles (tourmarque et topotérètes en particulier) ; enfin, dans les dernières décennies de la domination byzantine, à partir de 1045, lorsque la menace normande se précise, les notables lombards disposent de dignités et de fonctions, pour relancer le processus d’intégration des élites locales. Il s’agit d’une politique de byzantinisation, et non d’une hellénisation, mais qui porte des fruits culturels : au début du XIe siècle, certains notables lombards commencent à souscrire en grec et, dans le même temps, le cognomen de Byzantius se répand, exclusivement attribué à des membres de l’élite lombarde du catépanat.

Ainsi, paradoxalement, c’est dans la Pouille latine que la politique impériale byzantine a laissé le plus de traces documentaires, et a été vraisemblablement la plus effective. En Calabre, l’action impériale a laissé moins de trace – mais il faut dire aussi qu’on ne dispose pas de fonds d’archives comparables à ceux des villes de la Pouille byzantine, pour Rossano ou Reggio di Calabria. Ceci dit, il convient de prendre en considération les enjeux géopolitiques. La Calabre est, pour l’Empire byzantin, utile pour défendre l’Italie et pour servir de base logistique dans les multiples tentatives de reconquête de la Sicile. La Pouille a cependant un caractère stratégique et défensif encore plus élevé : elle défend directement l’Empire byzantin (accessible par la via Egnatia). La Calabre est secondaire par rapport à la Pouille. Et toute l’Italie méridionale est, jusqu’à Nicéphore Phokas secondaire par rapport à la gestion des pressions arabe et bulgare : l’Empire n’a pas, et n’a jamais eu les moyens de gérer tous les fronts simultanément[19].

Cette histoire aboutit à la construction de deux provinces byzantines en Italie méridionale, qui présentent des visages très différents : le thème de Calabre est fortement hellénisé, tandis que le thème de Longobardie, devenu catépanat d’Italie, est fortement byzantinisé. Les élites locales hésitent, dans les deux régions, entre l’adhésion et la révolte.

Le phénomène des révoltes provinciales a été largement étudié par Jean-Claude Cheynet et Ghislaine Noyé[20]. Un particulier moment de crise se dessine, entre la fin du IXe siècle et les réorganisations administratives des années 960. Pendant ces quelques décennies, toute incursion arabe provoque une rébellion des autochtones contre le pouvoir impérial, révolte qu’appuient systématiquement les princes de Salerne pour la Calabre, et de Bénévent pour la Pouille. Les milieux dirigeants, qu’ils soient lombards ou grecs, montrent une forte aspiration à l’autonomie. La vraie intégration à l’empire ne se fait que dans les années 960. A partir de là, réorganisation militaire, épiscopale, politique de fidélisation des élites locales, politique fiscale et intégration monétaire construisent véritablement, avec le catépanat, une Italie lombarde byzantine, de culture latino-lombarde (où sont respectés le droit lombard, le rite romain, l’usage écrit de la langue latine) mais d’appartenance politique byzantine. En revanche, la situation de la Calabre est pratiquement opposée : la population est hellénisée, mais les aristocraties très autonomes, restent fortement critiques à l’égard du pouvoir impérial, comme le démontrent les révoltes fiscales (attestées dans la Vie de Nil de Rossano) et les hagiographies[21].

L’Italie méridionale byzantine présente donc un visage contrasté, plein de surprises et de paradoxes : une Italie byzantine hellénisée, mais avec des élites très indépendantes ; une Italie byzantine latine, mais intégrée au modèle politique, fiscal, social byzantin, ce qui laisse peu de place à la floraison de la culture grecque. Autre particuliarité étonnante : les circulations des saints moines italo-grecs. Ils ne se rendent jamais à Constantinople : soit qu’ils refusent de s’y déplacer (comme Nil de Rossano) soit qu’ils tentent le voyage mais meurent en route (comme Phantin le Jeune ou Elie le Jeune). Presque tous nos saints italo-grecs se rendent à Rome, mais aucun dans la Nouvelle Rome[22]

Concluons à mi parcours sur l’Italie byzantine, en reprenant notre questionnement de départ. Est-ce vraiment une terre de contact ? On l’a dit, on trouve finalement peu de circulations et de contacts réels et dehors des cas particulier d’une élite monastique habituée à côtoyer les grands de ce monde, et attirés par la Rome des Ottoniens, où la présence impériale leur permet de jouer ce rôle de conseiller et de critiques des grands qui est le propre du holy man, et un critère de la sainteté byzantine. Les circulations finalement limitées des manuscrits grecs conservés ou copiés en-dehors des monastères et des élites italo-grecques attestent un certain cloisonnement. Par ailleurs, les récits de rencontres des moines grecs avec le monde latin montre que ce dernier cherche dans ces ascètes byzantins la confirmation d’une image déjà stéréotypée du moine oriental : maigre, solitaire, exemplaire dans une ascèse excessive.

En revanche cette Italie byzantine est une société de frontières impériales :

  • une instabilité politique liée à des rapports conflictuels avec les espaces environnants (raids arabes en Pouille comme en Calabre, ingérence des princes lombards…) qui conduit à des efforts répétés de fortification côté byzantin, et à la forte militarisation des cadres administratifs.
  • la multiplicité des peuples, reconnus tels et maintenus tels avec leurs pratiques juridiques, religieuses, linguistiques, et l’expression d’autonomies provinciales dans les élites et les villes.
  • des mélanges et contaminations dans le droit liés à des contacts et échanges spontanés (l’usage des termes du droit byzantin masque parfois des influences du droit lombard[23]).

Ce caractère frontalier nourrit, à partir du XIe s., une perception mitigée de la région par Constantinople, dont l’élite active la notion de « mixo-barbare », qui désigne le Grec mal byzantinisé, et le Lombard insuffisamment hellénisé[24]. Cette perception atteste la conscience de mélanges qui nuisent à l’identité byzantine du moins dans le regard des élites de Constantinople.

Pourtant, la population hellénophone de l’Italie méridionale byzantine est une population byzantine : par l’usage du droit byzantin, l’adhésion à l’idéologie impériale romaine, les références culturelles et dévotionnelles, les pratiques liturgiques, les choix anthroponymiques, la population italo-grecque est véritablement byzantine. Elle le reste après la conquête normande : l’Italie méridionale hellénophone relève d’un oikoumène byzantin, sans appartenir à l’Empire.

III. La domination « normande ».

  • Les modes divers de la conquête « normande » :

Au début du XIe siècle, des chevaliers de petites familles nobles normandes (que la légende a transformés en pieux pèlerins), habitués à servir comme mercenaires dans les armées byzantines, où leurs compétences en cavalerie lourde les rendent attractifs, et où ils font parfois des carrières prestigieuses, arrivent en Italie méridionale : ils servent, selon les occasions, dans les armées lombardes contre les Byzantins, ou inversement. Dans les années 1030-1040, ces aventuriers décident de travailler pour eux-mêmes : c’est le début de la conquête « normande » de l’Italie méridionale, dans laquelle il faut voir, pour les débuts, une entreprise essentiellement de prédation économique : le rançonnement systématique des régions occupées, afin de financer les troupes. Par la suite, l’entreprise prit une tournure de construction politique.

Cette conquête fut un événement très complexe, et je ne peux la détailler ici. Les Normands furent loin de composer l’essentiel des troupes, il y eut des Bretons, des Angevins, des Poitevins, des Picards[25], et ce fut une conquête absolument pas unifiée. De fait, dans la partie la plus septentrionale, elle fut le fait de plusieurs bandes conduites par des seigneurs, qui prirent pied sur les anciennes principautés : une conquête anarchique, qui conduisit à l’importation d’une féodalité que l’Italie méridionale, tant lombarde que byzantine, ne connaissait pas.

Dans la partie plus méridionale, en revanche, les expéditions militaires furent pilotées par une fratrie, venue d’un petit village du Cotentin, Hauteville : le plus connu des sept frères est Robert Guiscard, arrivé en 1047, et qui entreprend des combats d’envergure. Le pape, d’abord associé aux Byzantins contre ces pillards, change d’alliance après 1055 : au concile de Melfi, en 1059, Guiscard reçoit le titre de duc de Pouille du pape, qui en fait son vassal pour toutes les terres conquises et à conquérir[26]. L’histoire d’une construction politique peut commencer. Elle est le fait d’une extension permanente de la guerre, en Pouille, dans les Abruzzes et en Sicile, sous l’égide de Guiscard et de son cadet Hauteville, Roger. Dans la logique géographique de l’implantation normande, la Calabre se distingue nettement du reste de la péninsule : elle est soumise par une organisation centralisée de la conquête. Ce caractère, que la Calabre partage avec la Sicile, elle aussi conquise par les Hauteville, induisit aussi une forme de domination bien plus centralisée et très particulière dans le paysage occidental. En effet les Hauteville, après avoir installé une paix que la région ne connaissait plus depuis longtemps, importèrent dans la région, toute byzantine et impériale, des faits que la Calabre ignorait : la féodalité et le monachisme bénédictin. Toutefois, ces importations ne modifièrent qu’à la marge la vie des populations italo-grecques, et au contraire créèrent des particularités singulières. Conformément à la logique byzantine et islamique, il n’y eut jamais de privatisation de l’autorité publique, et le comte récupéra les structures et les agents de l’administration byzantine en Calabre et islamique en Sicile, ce qui signifie aussi l’usage de trois langues à l’échelle du gouvernement (latin / grec / arabe) et la possibilité pour les élites italo-grecques de maintenir leur niveau social en participant aux instances administratives normandes[27].

  • L’Empire Hauteville.

Avec cette expression sans doute audacieuse, je souhaite vous montrer que le destin des populations grecques de l’Italie dite « normande » est déterminée par une idéologie de type impérial[28]. Cette dernière se manifeste en particulier dans :

  1. La récupération des instruments de gouvernement hérités des modèles impériaux antérieurs, islamique et byzantin : les usages diplomatiques byzantins, notamment (l’acte public par excellence, le sigillion[29]) ; les modes de représentation (islamiques ou byzantins)[30].
  2. L’attractivité de la cour royale, qui emploie des personnalités byzantines d’origine extérieure (Nil Doxopater, Georges d’Antioche), mais aussi du monde islamique (comme al-Idrîsi).
  3. Le positionnement du roi comme chef et protecteur de son Eglise : un statut que la pratique a conférée au comte Roger Ier, lequel a remanié tout seul les diocèses de Calabre et défini ceux de Sicile[31], et nommé les évêques de ces deux régions, accaparant une fonction ecclésiastique de fait que le pape a consacrée de droit par le diplôme dit de « légation apostolique » en 1098[32]. On trouve des manifestations multiples du statut ecclésiastique du souverain dans les domaines ecclésiastique et monastique.

La conception impériale du pouvoir qu’a endossée le roi a des conséquences directes sur les populations italo-grecques et le maintien de la culture d’expression grecque, et notamment :

  • Jusqu’à la mort de Roger II (1154), la connaissance du grec est un atout pour obtenir des fonctions administratives et de chancellerie à la cour du comte, puis du roi. Après 1154, être grec de langue n’est plus un avantage[33] mais le bilinguisme reste un atout. Les charges administratives locales sont confiées aux élites italo-grecques, ce qui permet de pérenniser leur positionnement social, de poursuivre leur mécénat culturel et de recruter des clercs et des moines de langue grecque et de culture byzantine.
  • Le rôle ecclésiastique du roi interdit l’ingérence pontificale et permet à l’Eglise de rite grec de perdurer, sinon de s’épanouir : la fondation de grands centres monastiques, promue par les Hauteville, et celle des archimandritats, par le roi, créent une nouvelle polarisation de la production culturelle italo-grecque et des circulations intellectuelles (Saint-Sauveur de Messine ; S. Elia di Carbone ; S. Nicola di Casole). Il est à noter que quelques actes du souverain montrent que c’est lui qui investit les évêques de leur charge, parfois en précisant que les fils des prêtres grecs de leur diocèse relèvent de leur juridiction, ce qui est admettre l’ordination sacerdotale des hommes mariés et l’intégration de leurs enfants dans le for ecclésiastique[34].
  • La population italo-grecque n’est pas considérée comme une minorité, et ne s’organise que marginalement comme une communauté. Elle n’est pas traitée à part et ne se conçoit pas elle-même de manière différenciée.
  • Elle conserve la cohérence des expressions culturelles byzantines : l’usage du droit byzantin, de la langue grecque à l’écrit (notariat local puissant), de la liturgie byzantine. Quelques évolutions anthroponymiques (opportuniste) à la marge (adoption de prénoms normands tels que Roger ou Guillaume) manifestent leur adhésion aux Hauteville[35].

Je n’entrerai pas dans les questions, très techniques, et débattues par bien plus compétents que moi, de la « renaissance culturelle grecque » en Italie méridionale au XIIe siècle, ni des liens développés entre les milieux byzantins de l’Italie des Hauteville avec Constantinople, qui modifient les flux de manuscrits mis en valeur pour les périodes précédentes. Je me limiterai à conclure sur l’appartenance continue de cette Italie hellénophone au monde byzantin, et sur la vigueur de sa culture byzantine.

Conclusion : le XIIIe siècle et le démembrement de la culture grecque.

Le XIIIe siècle constitue, dans le domaine socio-politique, le vrai moment du démembrement de la culture grecque, sur lequel j’irai très vite. Certaines étapes de ce déclin sont liées à la politique de Frédéric II, et en particulier à la réforme instituée par le Liber Augustalis (1231) qui visait à uniformiser et contrôler les usages juridiques et les catégories de droit, rapportées à une romanisation juridique parfois masquée derrière des usages lexicaux lombards[36]. Les décrets normalisent les usages notariés et provoquent, sans le vouloir, mais clairement, un abandon progressif du droit byzantin puis, tout aussi progressivement, un déclin de l’usage quotidien du grec à l’écrit, que conservaient encore les notaires italo-grecs. Les effets du Liber Augustalis se font sentir presque immédiatement dans la documentation. Ils contribuent à démanteler l’unité et la cohérence antérieures des pratiques culturelles des Grecs de l’Italie méridionale, dont la spécificité se restreint aux usages linguistiques oraux, désormais inscrits dans la logique des dialectes de la péninsule, et aux usages liturgiques.

De son côté, la papauté peut enfin intervenir dans les affaires de l’Eglise du royaume, d’une part à la faveur de la minorité de Frédéric II et de son long séjour en Allemagne (1198-1220), ensuite en faisant usage d’une conception théocratique de l’Eglise qui fait de cette dernière un pseudo-empire gouverné par le pape, et qui ouvre la voix à une autre vision des Italo-Grecs, laquelle se matérialise dans des usages nouveaux : notamment l’habitude de définir les monastères byzantins selon la « règle » ou « l’ordre » de saint Basile (ce qui ne correspond à rien)[37] ; ou bien la volonté d’interdire aux fidèles latins d’assister aux offices de rite byzantin (interdiction restée lettre morte[38]). Ainsi, autour des années 1230, les Italo-Grecs apparaissent dans le discours pontifical comme des chrétiens distincts, certes intégrés dans la chrétienté, mais différenciés par des catégories de dénomination qui en font une minorité religieuse, liée à des pratiques liturgiques et dévotionnelles.

Cette réduction de l’altérité italo-grecque à la pratique religieuse a précipité les évolutions ultérieures. Largement assimilée au monachisme, la culture byzantine décline avec les monastères eux-mêmes, du moins dans la Calabre disputée entre Angevins et Aragonais au moment des grands troubles des XIVe et XVe siècles, qui accentuent le déclin du monachisme italo-grec. Au contraire, dans le Salento, où la culture byzantine était le patrimoine commun des monastères et du milieu des prêtres séculiers grecs, la transmission sacerdotale et culturelle de père en fils assura une continuité intellectuelle et culturelle largement étudiée par André Jacob, qui montra le recrutement des derniers représentants de ces familles sacerdotales italo-grecques dans le Collège grec de Rome, dont ils tinrent les premières chaires de langue grecque[39].

Réduite à une minorité religieuse, privée de ses usages juridiques, classée comme catégorie distincte de la population, la population italo-grecque était poussée à entretenir une spécificité culturelle dont les premiers humanistes ne virent pas immédiatement l’intérêt car elle était vue comme religieuse uniquement. La sollicitude (réelle) dont cette population fut entourée se réduisit donc à la question de la protection du rite grec, dans un contexte de déclin de l’usage de la langue, dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Fallait-il dès lors sauver la liturgie byzantine en formant les prêtres au grec, ou en traduisant le rite byzantin en latin ? La question ne reçut jamais de réponse définitive, mais l’attention dont les institutions italo-grecques furent l’objet, de la part des souverains comme des papes[40], permit au moins de préserver, pour la postérité, le considérable bagage byzantin apporté au monde moderne par l’Italie méridionale médiévale.

Annick Peters-Custot

Université de Nantes

C.R.H.I.A. (EA 1163)

[1] Évidemment, la réalité parfois diffère du discours. Comme empire, l’Empire byzantin est forcément multi-ethnique, et, au-delà de l’unicité proclamée de la langue en usage après l’abandon du latin et la perte des communautés syriaques et coptes suite aux conquêtes islamiques, forcément polyglotte. Toutefois le miroir fallacieux que le monde byzantin a toujours tendu à l’extérieur a conduit à penser que la seule langue en usage était le grec. Sur ce sujet voir G. Dagron, « Formes et fonctions du pluralisme linguistique à Byzance (IXe-XIIe siècle) », dans Travux et Mémoires du centre d’Histoire et de Civilisation de Byzance, 12, 1994, p. 219-240.

[2] G. Dagron, « Empires royaux, royautés impériales. Lectures croisées sur Byzance et la France médiévale », in Summa. Dieter Simon zum 70. Geburtstag, R.M. Kiesow, R. Ogorek, S. Simitis éd., Frankfurt am Main 2005, p. 81-97.

[3] L. Gerbier, Les raisons de l’Empire : les usages de l’idée impériale depuis Charles Quint, Paris, 2016.

[4] Le premier linguiste à s’intéresser à ces questions à la fin du XIXe siècle, Morosi, penchait pour une importation byzantine des dialectes helléniques, tels qu’ils étaient encore largement employés à son époque autour de Bova et dans le Salento. Les partisans de la thèse de la continuité, en revanche, suivaient les arguments avancés par le linguiste allemand Gerhard Rohlfs, qui a montré que les formes et le lexique du dialecte gréco-calabrais étaient très nettement différents de ceux du grec byzantin, et s’apparentaient à un stade antérieur d’évolution. Pour lui, la latinisation de la Calabre méridionale fut partielle et n’élimina pas les pratiques linguistiques grecques héritées de l’époque de la Magna Grecia. À cette thèse se sont rattachés d’autres linguistes en général non italiens (Karanastasis, Caratzas) alors que les modèles interprétatifs émis par les linguistes et les historiens italiens (Battisti, Alessio, Parlangèli, Spano, Falcone) suivaient l’origine byzantine du peuplement grec de la Calabre du sud.

[5] « Le invasioni dei Persiani e degli Arabi in Medio Oriente e Africa Nord-Orientale comportarono lo spostamento verso Occidente di gruppi di grecofoni d’osservanza calcedoniana, oggetti di rappresaglia da parte degli invasori, nonché dei Monofisiti e degli Ebrei autoctoni. A spostarsi furono soprattutto monaci ed ecclesiastici, poiché i burocrati e i funzionari di basso e medio livello (anch’essi in maggioranza grecofoni e calcedoniani) furono in generale confermati nell’apparato amministrativo dai nuovi dominatori, passando quasi in blocco al servizio del re dei re, poi del califfo. Una parte dei ‘migranti’ raggiunse la Sicilia e l’Italia centro-meridionale, afflitte all’epoca da un significativo declino demografico. Più che sul piano demico, questi afflussi furono pero’ decisivi su quello culturale e librario: attraverso i manoscritti portati dai migranti, l’Italia meridionale e Roma entrarono in contatto, per la prima volta in modo massivo, con opere composte ad Alessandria, Antiochia, Damasco, Gerusalemme, Cesarea di Palestina e in altri centri in cui era fiorita e fioriva la riflessione teologico-filosofica ». F. Ronconi, « Per speculum in aenigmate. Incontri e scontri di culture nel Mezzogiorno normanno-svevo. Riflessioni minime nel riflesso dei manoscritti » (Giornate normanno-sveve, 2014, in corso di stampa)

[6] V. Prigent, « Les évêchés byzantins de la Calabre septentrionale au VIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 114, 2002-2, p. 931-953.

[7] J.-M. Sansterre, Les moines grecs et orientaux à Rome aux époques byzantine et carolingienne (milieu du VIe siècle – fin du Xe siècle), 2 vol., Bruxelles, 1983 (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres, 2e série, tome 66-1).

[8] Voir leurs contributions respectives dans L’héritage byzantin en Italie (VIIIe-XIIe siècle). III. Décor monumental, obejts, tradition textuelle, éd. S. Brodbeck, J.-M. Martin, A. Peters-Custot et V. Prigent, Rome, 2015 (Collection de l’École française de Rome, 510).

[9] A. Peters-Custot, « Gli Italo-Greci e la duplicità degli imperi e della romanitas », dans L’Italia meridionale come area di contatto e frontiera durante l’alto medioevo. Eterogeneità religioso-culturale e potenze concorrenti nelle dimensioni locali, transregionali e universali. Convegno internazionale dell’Istituto storico germanico di Roma, 4-6 aprile 2016, éd. K. Wolf, Rome (sous presse).

[10] Sur ces questions voir A. Peters-Custot, « Le monachisme byzantin de l’Italie méridionale. Réalité et perception, du IXe au XIe siècle », dans Monachesimo d’oriente, monachesimo d’Occidente. Settimane di Studi del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medio Evo, Spoleto, 31 marzo-6 aprile 2016, Spolète, 2017, p. 359-396

[11] J. Gribomont, Histoire du texte des Ascétiques, Louvain, 1953, p. 44 sq. Après Gribomont, Fedwick a complété les inventaires des manuscrits en donant des noms différents aux recensions, mais concernant les recensions italo-grecques, ses analyses suivent largement celles de Gribomont. Voir P. J. Fedwick, The Ascetica, Contra Eunomium 1-3, Ad Amphilochium de Spiritu Sancto, Dubia et Spuria, Turnhout, 1997 (Corpus Christianorum. Bibliotheca Basiliana Universalis. A study of the Manuscript tradition, translations and editions of the works of Basil of Cesarea, III).

[12] Les manuscrits de la recension N que possède la bibliothèque Vaticane sont les suivants : Vat. grec. 2011, de la fin du Xe siècle ; Vat. grec. 2024, du Xe siècle (provenant de S. Elia di Carbone en Basilicate méridionale) ; Vat. grec. 1808, du début du XIe siècle (provenant de Grottaferrata) ; Vat. grec. 2050, daté de 1105 (copié par le moine Barthélemy à Rossano, ce manuscrit a ensuite été hébergé à Grottaferrata) ; enfin Vat. grec. 2059, IXe ou début Xe siècle, copié par le moine Joseph entièrement en onciales, à Rossano). À l’exception du Vat. gr. 1808, tous ces manuscrits ont été déposés à la bibliothèque Vaticane par Pietro Menniti entre 1697 et 1699, lequel plaça dans un fonds dit Basilianus les manuscrits des monastères grecs de Calabre qu’il fit transférer à Rome. Le Vat. grec. 1808 provient de la collection rassemblée à Grottaferrata entre 1581 et 1584 par l’higoumène, dom Luca Felice. Il s’agit donc du premier manuscrit de la recension N qui soit entré à la Vaticane. En revanche, quelques manuscrits des recensions V et S du Grand Asketikon sont arrivés bien plus tôt à la bibliothèque Vaticane, sous le pontificat de Nicolas V, papa humaniste, au XVe siècle. Leur provenance est bien plus lointaine et on ne se préoccupe pas de rechercher le Grand Asketikon grec dans les fonds italo-grecs à l’époque, ce qui paraît bien curieux, dans la mesure où la visite des monastères « basiliens » de Calabre, effectuée à la demande de Bessarion et dirigée par Athanase Chalkéopoulos en 1457, permit de faire l’inventaire manuscrits des bibliothèques monastiques italo-grecques (et on trouve effectivement dans le compte rendu de la visite la regula S. Basilii parmi les livres inventoriés). Sur les manuscrits de la recension N à la bibliothèque Vaticane, voir l’inventaire dressé par Gribomont dans Histoire du texte des Ascétiques cit. supra note 11. Sur l’histoire des rapatriements successifs des fonds monastiques italo-grecs à la Vaticane, voir S. Lilla, I manoscritti vaticani greci. Lineamenti di una storia del fondo, Cité du Vatican, 2004 (Studi e testi, 415), ch. VIII p. 61-74 et ch IX, p. 75-79 sur l’action de Menniti. Le compte rendu de la visite de 1457 a été publié : Le « Liber Visitationis » d’Athanase Chalkéopoulos (1457-1458). Contribution à l’histoire du monachisme grec en Italie méridionale, éd. A. Guillou et M.-H. Laurent, Città del Vaticano 1960 (Studi e testi 206).

[13] J.-M. Sansterre, « Saint Nil de Rossano et le monachisme latin », dans Miscellanea di Studi in onore di P. Marco Petta, éd. A. Acconcia Longo, S. Lucà, L. Perria, II (= Bollettino della Badia greca di Grottaferrata, N. S., 45-2, 1992) p. 339-386. Id., « Témoignages des textes latins du Haut Moyen Âge sur le monachisme oriental et des textes byzantins sur le monachisme occidental », dans Le monachisme à Byzance et en Occident du VIIIe au Xe siècle. Aspects internes et relations avec la société, Actes du colloque international de la Section d’histoire de l’Université Libre de Bruxelles (14-16 mai 1992), éd. A. Dierkens, D. Misonne, J.-M. Sansterre (= Revue bénédictine, 103/1-2), p. 12-30.

[14] Comme l’installation massive d’esclaves par Danièlis, une proche de Basile 1er (Théophane Continué, 328), ou un transfert de population d’Héraclée du Pont à Gallipoli après la destruction, en 876, d’Ugento, d’après Skylitzès (Skylitzès, 151 ; voir A.Jacob, « Une mention d’Ugento dans la Chronique de Skylitzès », dans Revue des Études Byzantines, 35, 1977, p. 229-235).

[15] Ambassade à Constantinople, dans Liudprand de Crémone, Œuvres, présentation, traduction et commentaire par François Bougard, Paris (Sources d’histoire médiévale publiées par l’IRHT, 41), 2015, p. 365-423, ici ch. 62, : Scripsit itaque [sur ordre de Nicéphore II] Polyeuctos Constantinopolitanus patriarcha privilegium Hydrontino episcopo, quatinus sua auctoritate habeat licentiam episcopos consecrandi in Acirentila, Turcico, Gravina, Maceria, Tricario, qui ad consecrationem domini apostolici pertinere videntur. Conformément à la tradition byzantine, c’est l’empereur qui commande au patriarche de faire exécuter la réforme ecclésiastique qu’il a planifiée. Le texte du privilège a été perdu (V. Grumel, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I. Les actes des patriarches, 1-2 : les regestes de 715 à 1206, 2e édition revue et corrigée par J. Darrouzès, Paris, 1989, n° 792 p. 303-304). Tursi est le seul évêché suffragant d’Otrante à être mentionné dans les listes épiscopales byzantines du XIe siècle. (J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Constantinopolitanae, Paris, 1981 [Géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, 1], p. 333, ligne 675 (notice 10, recensio a) et p. 370 ligne 797 (notice 13, appendice 1 recensio E). Gravina et Tricarico, en revanche, ne sont pas attestés comme sièges épiscopaux, ni même comme villes, avant 968 et ce sont par la suite des sièges latins. L’évêché grec de Matera n’a certainement pas existé ; il sera le lieu de résidence de l’archevêque d’Acerenza à partir du XIIIe siècle. Acerenza est mentionné comme un siège latin suffragant de la métropole de Salerne (Voir Peters-Custot, Les Grecs, cit.).

[16] A. Peters-Custot, « Convivencia between Christians: The Greek and Latin communities of Byzantine South Italy (IXth-XIth centuries) » dans Negotiating Co-Existence: Communities, Cultures and ‘Convivencia’ in Byzantine Society, éd. B. Crostini et S. La Porta, Trèves 2013 (Wissenschaftlicher Verlag Trier) p. 203-220.

[17] V. von Falkenhausen, « Bari bizantina : profilo di un capoluogo di provincia (sec. IX-XI) », dans G. Rossetti (dir.), Spazio, società, potere nell’Italia dei comuni, Naples, 1986, p. 195-227.

[18] A. Peters-Custot, « Titulatures byzantines en Pouille et Calabre », dans L’héritage byzantin en Italie. Les cadres juridiques et sociaux et les institutions publiques, dir. J.-M. Martin, A. Peters-Custot et V. Prigent, Rome, 2012 (Collection de l’École française de Rome, 461), p. 643-658.

[19] J. Shepard, « Aspects of Byzantine Attitudes and Policy towards the West in the Tenth and Eleventh Centuries », dans Byzantinische Forschungen, 13, 1988, p. 67-118.

[20] G. Noyé, « Capitanata e Calabria dal 888 agli anni 960 : Longobardi, Arabi, Bizantini e “bizantinità” », Atti del convegno di Poggibonsi (sous presse).

[21] La circulation monétaire, révélatrice des échanges commerciaux, est une claire expression de ce paradoxe : la Pouille dépend entièrement de la monnaie byzantine, frappée à Constantinople, tandis que la Calabre relève de la zone d’influence arabe. Voir le volume Histoire et culture dans l’Italie byzantine. Acquis et nouvelles recherches, dir. Ghislaine Noyé, Jean-Marie Martin et André Jacob, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 363) ; ainsi que A. Peters-Custot, « L’identité des Grecs de l’Italie méridionale byzantine », dans Néa Rhômè. Rivista di Ricerche bizantinische, 3, 2006, p. 189-206. Sur la contestation des représentants de l’empereur dans les hagiographies italo-grecques, voir A. Peters-Custot, « L’identité des Grecs de l’Italie méridionale byzantine », dans Néa Rhômè. Rivista di Ricerche bizantinische, 3, 2006, p. 189-206

[22] Voir A. Peters-Custot et O. Delouis, « Auf anderen Wegen „Nach Rom gehen“ : Rome dans la fabrique des saints moines byzantins », dans Voyages monastiques de l’Antiquité tardive au Moyen Âge. Aspirations religieuses, ambitions politiques et préoccupations économiques, Colloque international,Vienne, 16-18 novembre 2016 (publication prévue en 2018)..

[23] A. Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine. Une acculturation en douceur (IXe-XIVe siècles), Rome, 2009, Collection de l’École française de Rome, 420), p. 145-150.

[24] H. Ahrweiler, « Recherches sur la société byzantine au XIe siècle : nouvelles hiérarchies et nouvelles solidarités », in Travaux et Mémoires du centre d’histoire et de civilisation de Byzance, 6, 1976, p. 99-124.

[25] L.-R. Ménager, « Pesanteur et étiologie de la colonisation normande d’Italie », dans Roberto Il Guiscardo e il suo tempo, Atti delle prime giornate normanno-sveve (Bari, 1973), Bari, 1975, p. 203-229 et p. 279-410.

[26] On trouvera le texte de ce contrat pontifical dans Léon-Robert Ménager, Actes des ducs normands d’Italie (1046-1127). I. Les premiers ducs (1046-1087), Bari, 1981 (Società di storia patria per la Puglia. Documenti e Monografie, 45), n° 6, p. 30-32.

[27] On renvoie à Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale, cit., et à A. Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique, Rome, 2011 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 346).

[28] A ce sujet, voir l’article très lumineux d’Annliese Nef : A. Nef, « Imaginaire impérial, empire et oecuménisme religieux: quelques réflexions depuis la Sicile des Hauteville », Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 24, 2012, p. 227-249.

[29] À ce sujet, toujours incontournable est l’article de Gastone Breccia : G. Breccia, «  Il sigillion nella prima età normanna. Documento pubblico e semipubblico nel Mezzogiorno ellenofono (1070-1127) », dans Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 79, 1999, p. 1-27.

[30] On trouvera des éléments fondamentaux sur la représentation du roi Hauteville en souverain islamique dans Nef, Conquérir et gouverner, cit. Sur l’image islamique du roi Hauteville, voir aussi Adalgisa De Simone, « Il mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Islam africano », dans Il mezzogiorno normanno-svevo visto dall’Europa e dal mondo mediterraneo. Atti delle tredicesime gironate normanno-sveve, Bari, 21-24 ottobre 1997, Bari, 1999 (Centro di Studi normanno-svevo. Università degli studi di Bari, 13), p. 261-293. On conseille également A. Nef, « Dire la conquête et la souveraineté des Hauteville en arabe (jusqu’au milieu du XIIIe siècle) », Tabularia

(http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier13&file=01nef.xml). Pour ce qui est de l’iconographie royale Hauteville et de ses liens avec les modes de représentations du basileus byzantin, voir les travaux de Mirko Vagnoni, et en particulier M. Vagnoni, La sacralità regia dei Normanni di Sicilia: un mito?, Bari, 2012 (Questioni di Storia, Quaderni del Centro di Studi Normanno-Svevi). Sur la fameuse mosaïque de la Martorana, copie du XIIe siècle de l’ivoire Pouchkine, sculpté au milieu du Xe siècle pour célébrer le couronnement de Constantin VII Porphyrogénète, voir E. Kitzinger, The mosaics of St Mary’s of the Admiral in Palermo, Washington D.C., 1990 (Dumbarton Oaks Studies, 27) et A. Cutler, The Hand of the Master. Craftmanship, Ivory, and Society in Byzantium (9th-11th Centuries), Princeton, 1994 p. 203-235.

[31] Pour la Calabre voir A. Peters-Custot, « Les remaniements de la carte diocésaine de l’Italie grecque lors de la conquête normande : une politique de latinisation forcée de l’espace ? (1059-1130) », dans Pouvoir et territoire, Colloque du CERHI, Saint-Etienne, 7-8 novembre 2005, éd. P. Rodriguez, Saint-Etienne, 2007 (Travaux du CERHI, 6), p. 57-77. Sur la Sicile, Nef, Conquérir et gouverner, cit., p. 448-455 ; et Eadem, « Géographie religieuse et continuité temporelle dans la Sicile normande (XIe-XIIe siècles) : le cas des évêchés », dans P. Henriet (éd.), À la recherche de légitimités chrétiennes. Représentations de l’espace et du temps dans l’Espagne médiévale (IXe-XIIIe siècle), Lyon-Madrid, 177-194.

[32] S. Fodale, Comes et Legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, 1970 (Università di Palermo. Istituto di Storia medioevale. Studi, 2), rééd. dans Id., L’Apostolica Legazia e altri studi su Stato e Chiesa, Messine, 1991.

[33] A. Nef a en effet démontré le processus d’islamisation des systèmes administratifs centraux et curiaux à partir des deux Guillaume (Nef, Conquérir et gouverner, cit., p. 328 sq.), ce qui entraîna le déclin de l’influene des « Grecs » dans l’entourage royal.

[34] Il en est ainsi, par exemple, dans l’acte de refondation du diocèse de Squillace, dans la Calabre méridionale, en 1096 à la faveur du décès de l’évêque grec Théodore Mésimérios : Item concedo illi [à l’évêque de Squillace] omnes presbiteros grecos cum filiis et filiabus eorum, sicuti sunt scripti in privilegio eorum. Concedo item omnes leges episcopales, sicuti concessi ecclesie Melitane et Messane ad faciendam iusticiam secundum canones et sanctiones patrum, tam de grecis quam de latinis, per totam parrochiam suam (édition : J. Becker, Documenti latini e greci del conte Ruggero I di Calabria e Sicilia, Rome, 2013, acte n° 54 p. 212-217, ici p. 215). Une référence encore plus précise est donnée dans l’acte de confirmation, par l’impératrice Constance, veuve d’Henri VI, d’un privilège de son défunt mari à destination de l’archevêque de Tarente : Sacerdotes pretera tam Latinos quam Grecos et alios clericos tue diocesis eorumque filios post sacros ordines genitos et iuridictionem plenariam super ipsos tibi et ecclesie tue concedimus (édition : T. Kölzer, Die Urkunden der Kaiserin Konstanze, Hanovre, 1990, [MGH. Diplomata Regum et Imperatorum Germaniae, 11. Pars III], n° 44 p. 136-144, ici p. 142 l. 9-10).

[35] Peters-Custot, Les Grecs, cit., p. 418-419.

[36] Ibidem, p. 485-492 (en particulier sur l’emploi du terme lombard de mundoald, qui désigne en fait un procurator, de droit romain).

[37] Ibidem, p. p. 458-473.

[38] Comme on le constate encore à l’époque moderne, d’après le témoignage de Rodotà : cf P. P. Rodotà, Dell’origine, progresso e stato presente del rito greco in Italia, osservato dai Greci, monaci bailiani, e albanesi, 3 Vol., Rome, 1758-1763.

[39] A. Jacob, « Un nouveau manuscrit des Hymnes Orphiques et son copiste, François Cavoti de Soleto », dans L’Antiquité classique, 52, 1983, p. 246-254 ; Idem, « Les annales d’une famille sacerdotale grecque de Galatina dans l’Ambrosianus C 7 Sup. et la peste en Terre d’Otrante à la fin du Moyen Âge », dans Bollettino storico di Terra d’Otranto, 1, 1991, p. 23-51 ; Idem, « Le nom de famille du dernier copiste grec de Gallipoli », dans Bollettino storico di Terra d’Otranto, 2, 1992, p. 77-83. Peters-Custot, Les Grecs, cit., p. 555-566.

[40] Peters-Custot, Les Grecs, cit., p. 567-587.


peterscustot

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm (A/L 1993) Agrégée d'histoire (1996) Docteur en histoire médiévale de l'Université de paris 1 (2002) Maître de conférences en histoire médiévale à l'Université Jean-Monnet de Saint-Etienne (2003-2014) Obtention d'une HDR à l'Université de Paris 1 (2011) Professeur d'histoire médiévale à l'Université de Nantes (depuis 2014) Champs de recherche : - Histoire de l’Italie méridionale byzantine, normande et souabe (IXe-XIIIe siècles) - les communautés grecques de l'Italie méridionale médiévale - l'idéologie royale des Hauteville, la construction politique des enjeux culturels - Histoire des contacts et échanges entre Orient et Occident (Ve-XVe siècles), notamment en ce qui concerne la circulation des modèles hagiographiques, celle des normes et conceptions monastiques, et les héritages politiques - Histoire de la vision occidentale de l’Orient (Xe-XVe siècles)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search